Contes indiens du petit peuple du ciel de Michel Piquemal et Antonina Novarese

CONTES INDIENS DU PETIT PEUPLE DU CIEL
Editions Tertium – 40 pages

Conte jeunesse

Trois légendes des Indiens Cherokee, Lakota et Iroquois ont été réunies dans cet album. Dans les contes des Indiens d’Amérique, la Nature est très présente notamment les oiseaux. Ils les appellent avec tendresse le petit peuple du ciel. Ils nous enseignent avec humour la ruse, la patience, la solidarité… et ils apportent aux hommes l’un des plus beaux cadeaux, le chant des flûtes, qui permet aux jeunes gens de trouver l’amour.

MON AVIS :

Joliment illustré, ce recueil de légendes indiennes séduira les lecteurs curieux et avides de jolies histoires. Une plongée délicate et poétique dans les profondeurs des légendes indiennes, où l’omniprésence de la nature contribue à rappeler la petitesse des hommes. Les trois histoires de ce recueil rappellent toutes que l’homme doit composer avec les esprits de la nature et ne peut s’affranchir de ses précieux conseils. Une charmante lecture composée d’illustrations délicates qui ravira tous les amateurs de jolies histoires.

Retrouvez également cet article (et beaucoup d’autres) sur Le blog de Yuko

Littérature : « La Mort selon Turner » de Tim Willocks

L’Histoire : Lors d’un week-end arrosé au Cap, un jeune et riche Afrikaner renverse en voiture une jeune Noire sans logis qui erre dans la rue. Ni lui ni ses amis ne préviennent les secours alors que la victime agonise. La mère du chauffeur, Margot Le Roux, femme puissante qui règne sur les mines du Northern Cape, décide de couvrir son fils. Pourquoi compromettre une carrière qui s’annonce brillante à cause d’une pauvresse ? Dans un pays où la corruption règne à tous les étages, tout le monde s’en fout. Tout le monde, sauf Turner, un flic noir des Homicides. Lorsqu’il arrive sur le territoire des Le Roux, une région aride et désertique, la confrontation va être terrible, entre cet homme déterminé à faire la justice, à tout prix, et cette femme décidée à protéger son fils, à tout prix.

Tim Willocks est né en 1957 en Angleterre. Grand maître d’arts martiaux, il est aussi chirurgien, psychiatre, producteur et écrivain. La Mort selon Turner est son quatrième roman chez Sonatine Éditions.

En refermant le dernier livre de Tim Willocks « La Mort selon Turner« , j’ai songé aux mots de Jean de La Fontaine qui écrivait, dans la seconde moitié du XVIIème siècle : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir« . Nous sommes au XXIème siècle, en Afrique du Sud, l’apartheid est officiellement terminé et pourtant tout laissent à penser qu’à la scission raciale, ethnique, s’est ajouté la question de l’injustice sociale qui est prépondérante ici. Lorsqu’une jeune fille Noire sans logis, affamée, amaigrie, condamnée à errer dans les ruelles d’un Township du Cap, l’un des lieux les plus dangereux du monde, est retrouvée morte après avoir été heurtée par le SUV d’un jeune Afrikaner qui l’écrase contre une benne à ordure, nul ne se serait douté qu’un enquêteur, un flic noir se dresserait seul face à l’abomination de cet acte. Selon que l’on soit riche ou pauvre, blanc ou noir, vos chances d’échouer en prison ne sont pas les mêmes. Mais pour Turner, la justice n’est pas une abstraction, une somme de mots sans valeur qui nous rendraient comptable selon que l’on soit riche ou pauvre. Turner est un incorruptible, un de ces héros du quotidien qui ont pour bréviaire la loi et cette dernière devrait être la même pour tous. Alors que sont lâcher les quatre cavaliers de l’apocalypse à sa poursuite, Turner devra trouver en lui les ressources pour que justice soit faite. Tim Willocks signe un western à la dimension épique, un duel impitoyable entre deux conceptions de la justice des hommes. Cette fracture ou dichotomie entre noirs et blancs, pauvres et riches est au cœur de ce thriller qui est un sommet du genre. Véritable page turner, on est pris à la gorge et on se prend cette réalité sud africaine en pleine face. Et ça fait diablement mal. Willocks écrit avec ses tripes mais surtout son cœur ce qui rend le personnage de Turner très attachant car il est source d’empathie dans un monde où la corruption, la violence, la trahison sont une gageure pour survivre. Pleins d’action et de fureur, on est tour à tour brutalisé mais aussi ému, touché par la sensibilité de la plume de Tim Willocks. Nul doute que rencontrer un homme capable d’écrire de la sorte doit être enrichissant à plus d’un titre. C’est le premier Tim Willocks que je lis et ce ne sera pas le dernier tant cette tragédie m’a secoué. On ressort de cette lecture abasourdi, le souffle coupé par la noirceur et dans un même élan la beauté d’un tel livre. Turner en rédempteur à la puissance létale est un des personnages les plus marquant qu’il m’ait été donné de lire. Remarquable.

Frédéric MALONDA.

Retrouvez cet article également sur mon Blog « La culture dans tous ses états« , voici le lien :

https://thedude524.com/2019/06/04/litterature-la-mort-selon-turner-de-tim-willocks/

Ma note: 5/5.

Broché: 384 pages
Éditeur : Sonatine (11 octobre 2018)

Peindre sa vie

Ma vie en peintures est le premier roman de l’Argentine Maria Gainza. Critique d’art, la néo-écrivaine pose un regard éminemment personnel sur la peinture tandis qu’elle peint sa vie de façon originale et drôle. Un récit savoureux pour les yeux et le cœur.

L’art est fécond. L’art inspire. Aux yeux de la romancière Maria Gainza, la peinture lui a donné une profession, mais plus encore, une grille d’analyse, un canevas sur lequel projeter sa propre expérience. Dans Ma vie en peintures, la narratrice se raconte, de l’enfance à l’âge adulte, à travers des tableaux et des peintres illustrant ses propres émois, ses propres questionnements, sa raison d’être.

C’est un livre écrit sur le mode de la confidence, mais l’autrice ne cherche jamais à se cacher ou à se justifier. Bien au contraire. La peinture l’aide à expliquer sa pensée, ses relations avec ses proches, ses vérités et mensonges, ses passions. 

La narratrice effectue ce parcours de vie accompagnée de tableaux qu’elle a vus en personne, surtout dans les musées de Buenos Aires. Des œuvres d’artistes souvent connus, mais pas nécessairement une représentation de leur travail le plus universellement salué. 

Sept reproductions de tableaux, dont des œuvres de Courbet, Toulouse-Lautrec et Rousseau, s’intercalent dans son récit de vie. Elle aborde également le travail des Rothko, Monet, Le Greco, entre autres. La jeune femme lit aussi beaucoup: Duras, Keats, Plath, Dante.

Rien d’élitiste pourtant, ni chez elle ni dans son appréciation très crue, parfois intrusive, de la vie des artistes. La narratrice avoue aussi ses penchants pour la culture populaire: le groupe The Ramones et la série télé américaine Charlie’s Angels, par exemple. Elle sait rire de sa vie avec humilité et raconter l’histoire des tableaux qui l’ont marquée avec sagacité.

« Qui sait, peut-être t’es-tu convaincue, étant donné ta progressive et alarmante tendance à vivre chaque jour avec moins que la veille, que tu n’as pas besoin de grands avions ni de grands chefs-d’oeuvre dans ta vie. Cézanne disait: ‘La grandeur finit par lasser. Il y a des montagnes qui, lorsqu’on se trouve devant elles, nous donnent envie de crier: Bordel de merde! Mais, au quotidien, une simple colline vous suffit amplement.’ Ta ville est une plaine grise mais de temps à autre les nuages se dispersent et quelque chose émerge au milieu du néant. Certains jours où le ciel est limpide, comme aujourd’hui, tu réussis à le voir de ta fenêtre. C’est une petite colline surmontée d’une auréole nuageuse. »

Ma vie en peintures est un cours inédit d’histoire de l’art. Sans prétention, toujours bien argumenté. Cette fiction autobiographique s’avère un premier livre rafraîchissant eu égard aux autofictions souvent narcissiques qui nous inondent.  Tout est dans l’angle, le regard, la posture.

Le deuxième roman de Maria Gainza, La luz negra (La lumière noire), où elle s’attaque aux faussaires en art visuel, a été publié en espagnol en 2018 lorsque paraissait son premier en français. Ma vie en peintures était d’abord paru en 2014 sous le titre Mi nervio optico (Mon nerf optique).

Souhaitons que la traduction de La luz negra nécessitera moins de quatre années.